Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La vérité sur mon histoire

Mohamed a 13 ans lorsqu’il arrive sur le territoire français. Comme lui, une trentaine de jeunes – de tous âges et de tous niveaux – vont traverser la Méditerranée accompagnés de leur club de foot local tunisien pour participer à des matchs et des sélections de joueurs à fort potentiel. A son arrivée à Marseille, il débarque avec une simple valise et quelques vêtements d’entrainement. Il est malheureusement hospitalisé en urgence pour une maladie à risques multiples et un diabète. Il ne réintégrera pas son club de foot. Il décide de rester en France. Lorsqu’il prévient sa Maman, elle l’aide à prendre sa décision : « Tu connais la vie. C’est à toi de choisir ». En situation irrégulière, seul, sans financement, dans la peur et la crainte, il prend la décision de ne pas faire marche arrière et décide de partir pour Paris malgré son très jeune âge. Il se lève tôt pour travailler sur des marchés et accumuler un « petit pécule » qu’ il partage avec sa famille. Hébergé par un oncle pendant quelques jours, il se retrouve ensuite à la rue à dormir dehors. Une situation compliquée, loin de sa famille, loin des autres, sans repère, sans argent et avec un handicap majeur : la non connaissance de la langue française. Pendant plus d’une année, il erre avant d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance. Il enchaîne alors plusieurs structures et une famille d’accueil pendant une année. Il obtient son CFG et débute une formation CAP cuisine qu’il ne pourra pas finir pour des raisons de santé et des conditions de travail difficiles. Malgré son jeune âge, Mohamed veut assurer le bien-être de sa famille. Il ne veut pas les décevoir. Réussir est son challenge personnel. C’est seulement en 2023 à l’âge de 17 ans qu’il rejoint la Fondation. Il vient de finir un parcours d’insertion à l’Afpa et suit un apprentissage « FLE  » pour améliorer ses connaissances en français. Il doit intégrer un CAP EPC en Septembre. Son projet : travailler dans le prêt à porter de luxe. Aujourd’hui, il espère renouer avec sa famille et retourner en Tunisie pour les vacances d’octobre. Dans 10 ans, il se voit avec un travail stable, une voiture, et surtout il veut pouvoir aider les siens. Il veut être reconnu comme un citoyen à part entière. Demain, il enregistre dans un studio son premier titre « Houmtisreal », qui retrace son parcours. Ce projet lui a permis de travailler l’écriture et de se libérer. Son message pour les jeunes qui connaissent un parcours similaire : « ne jamais baisser les bras. Toi aussi tu peux y arriver ou au moins te faire une place ». Avec ce témoignage, Mohamed, a voulu se libérer d’un secret, se livrer et exprimer sa reconnaissance : il remercie son grand frère Abdellah qui lui a permis de tenir et l’a conseillé; Chiraz, son éducatrice à la Fondation qui lui a permis de se libérer et de progresser en français; les éducateurs qui ont cru en lui et Monsieur Taaleb, Directeur des Accueils Educatifs & Thérapeutiques de Paris pour sa confiance; sans oublier Zied. Il remercie aussi l’ASE, qui lui a permis de s’en sortir et de lui ouvrir les portes.

Partagez